Alexandre Desplat

Publié le

Alexandre Desplat suit un cursus d'études musicales classiques en France et aux Etats-Unis, avant de collaborer avec Karl Zéro sur Canal +. Alexandre Desplat est d'abord reconnu pour son travail avec Jacques Audiard avant de devenir l'auteur de bandes originales de films américains à gros budget, communément appelés "Blockbusters". Syriana (2005), The Queen (2006) ou L'Etrange Histoire de Benjamin Button (2008) lui doivent leur ambiance musicale. Alexandre Desplat reçoit de nombreux prix internationaux et livre en 2009 Twilight, chapitre II : Tentation et Un Prophète.

Musicien de formation classique, Alexandre Desplat naît le 23 août 1961 à Paris, d'une mère grecque et d'un père français. C'est par le biais du piano qu'il découvre la musique, dès l'âge de 5 ans, avant de s'essayer à la trompette et à la flûte, et de parachever son apprentissage en étudiant l'analyse musicale au Conservatoire de Paris, auprès de Claude Ballif, puis l'orchestration, avec Jack Hayes à Los Angeles. Davantage tourné vers la composition, c'est pourtant en tant qu'acteur qu'il fait ses débuts au cinéma en 1991, devant la caméra de Josiane Balasko ( Ma vie est un enfer ), puis signe ses deux premières bandes-originales l'année suivante ( Sexes faibles et Mémoire traquée ).

Deux ans plus tard, il compose celle de Regarde les hommes tomber et entame ainsi sa collaboration avec Jacques Audiard : les deux hommes se retrouveront à l'occasion de Un héros très discret, Sur mes lèvres et De battre, mon coeur s'est arrêté, pour lequel Desplat remporte l'Ours d'argent au Festival du Film de Berlin, l'Etoile d'or du Meilleur Compositeur de Musique Originale ainsi que le César de la Meilleure Musique, après avoir été nommé deux fois dans cette même catégorie, pour Un héros très discret et Sur mes lèvres. La fidélité qui est d'ailleurs l'une des caractéristiques du compositeur, comme en témoignent ses nombreuses collaborations avec Xavier Giannoli ( Les Corps impatients, Une aventure et Quand J'étais Chanteur ) ou Florent Emilio Siri ( Une minute de silence, Nid de guêpes, Otage et L'Ennemi intime ), dont il a mis en musique tous les longs métrages.

En 2004, sa carrière connaît un nouveau tournant lorsqu'il s'exporte pour composer la bande-originale de La Jeune fille à la perle de Peter Webber. Nominé au Golden Globe de la Meilleur Musique de Film ainsi qu'à l'European Film Award du Meilleur Compositeur, il devient très demandé à l'étranger, ce qui lui vaut de signer les partitions de Casanova de Lasse Hallström, Syriana de Stephen Gaghan (pour lequel il récolte une nouvelle nomination au Golden Globes), Firewall de Richard Loncraine, ou bien encore The Queen, pour lequel il remporte l'Oscar de la Meilleure musique en 2007, juste après avoir été auréolé du Golden Globe de la Meilleure Musique de Film pour Le Voile des illusions.

Toujours aussi prolifique, Alexandre Desplat alterne aujourd'hui productions françaises et étrangères : c'est ainsi qu'il passe de La Doublure (sur lequel il remplace Vladimir Cosma, un habitué des films de Francis Veber) à Lust, Caution de Ang Lee, ou qu'il peut aller de la noirceur de L'Ennemi intime à la fantaisie du Le Merveilleux magasin de Mr Magorium, en passant par A la croisée des mondes : la boussole d'or, premier épisode de la trilogie adaptée des romans d'heroic fantasy de Philip Pullman.

Filmographie :

1991 :

1999 :

C'est pas ma faute !

 

2001 :

Sur mes lèvres

 

2002 :

Nid de guêpes

 

2004 :

La Jeune fille à la perle

L'enquête Corse

 

2005 :

De battre, mon coeur s'est arrêté

Otage

 

2006 :

Syriana

The Queen

 

2007 :

A la croisée des mondes : la boussole d'or

L'Ennemi intime

Le Voile des illusions

 

2008 :

Largo Winch

 

2009 :

Et Après

Chéri

Coco avant Chanel

Julie et Julia

L'Armée du crime

L'Etrange histoire de Benjamin Button

Un prophète

Twilight - Chapitre 2 : tentation

 

2010 :

Fantastic Mr. Fox

Harry Potter et les reliques de la mort - partie 1

The Ghost-Writer

Tamara Drewe

 

2011 :

Largo Winch II

Le Discours d'un roi



Publié dans Compositeurs

Commenter cet article